CDM 2018: Fin des courses en Russie pour les Pharaons

La Russie s’est offert le scalp des Pharaons égyptiens sur la pelouse du Stade Krevtovski de Saint-Pétersbourg. C’est un match très plaisant auquel ont pu assister les spectateurs mardi soir avec un succès pour l’équipe nationale russe.

Dès le début de la partie, les coéquipiers de la pépite Aleksandr Golovin ont été très efficaces dès le début de la rencontre en mettant le pied sur le ballon. Poussée par un formidable public, la Russie a tenté d’ouvrir la marque en vain. En face, l’Égypte de Mohamed Salah, titulaire ont tenu la baraque dans le secteur défensif avec des actions intéressantes.

Une première période animée, mais seulement avec une frappe cadrée. En seconde mi-temps, le pays organisateur domine et trouve la faille après un but contre son camp du capitaine égyptien Ahmed Fathi au retour des vestiaires. Ce dernier dégage mal une frappe non cadrée de Zobnin et trompe son propre gardien.

Sonnés par l’ouverture du score, les Pharaons encaissent un deuxième but, suite à un superbe mouvement collectif. Parfaitement servi sur le couloir droit, Mario Fernandes centre en retrait pour Denis Cheryshev qui marque pied gauche et inscrit déjà son 3e but en deux matchs (59 min). Les Russes vont ensuite être de nouveau récompensés grâce à leur attaquant de pointe, Artem Dzyuba.

Mo Salah, la mort dans l’âme doit quitter la Russie bien plus tôt que prévu.

Le joueur du Zenit se débarrasse de son défenseur avant de placer le ballon hors de portée de Mohamed El Shenawy et de donner 3 buts d’avance à son équipe (62 min). La sélection africaine pousse tout de même pour revenir dans la partie et obtient un penalty transformé par Mohamed Salah à la 73e minute de jeu. Les joueurs d’Hector Cuper ne reviendront pas et s’inclinent pour la deuxième fois en deux matchs.
A moins d’un véritable exploit, les Pharaons ne passeront pas la phase de groupe, eux qui joueront l’Arabie Saoudite en dernier match. En revanche, la Russie est pratiquement qualifiée pour les huitièmes de finale. Le troisième et dernier match étant face à l’Uruguay. (Avec Alfred Banak)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *