FIFA: Gianni Infantino, sous le coup d’une enquête pénale

Un procureur spécial a été nommé en Suisse pour évaluer les plaintes concernant des actes criminels présumés lorsque le procureur général Michael Lauber a eu des entretiens non révélés avec le président de la FIFA, Gianni Infantino.

Un panel du gouvernement suisse supervisant le parquet fédéral a déclaré vendredi qu’il avait nommé cette semaine Stefan Keller pour évaluer quatre plaintes déposées par des personnes non identifiées.

Le communiqué ne donne aucun calendrier à Keller pour rejeter les plaintes comme non fondées ou recommander des enquêtes complémentaires.

Lauber et Infantino se sont rencontrés deux fois en 2016, peu de temps après l’élection du président de la FIFA, et à nouveau en juin 2017, alors que le procureur général contrôlait une vaste enquête sur la corruption liée à l’instance dirigeante du football et aux officiels du monde entier.

« Il existe des éléments constitutifs d’un comportement répréhensible »

Le procureur fédéral extraordinaire Stefan Keller, nommé fin juin pour examiner les plaintes pénales déposées à l’encontre de Michael Lauber et Gianni Infantino, a demandé une levée d’immunité de Michael Lauber afin de pouvoir également engager des poursuites contre lui. Il a conclu qu’« il existe des éléments constitutifs d’un comportement répréhensible » à la suite d’une des rencontres entre Michael Lauber, le président de la Fifa, et le premier procureur du Haut-Valais, Rinaldo Arnold.

Des poursuites pénales sont actuellement ouvertes contre trois anciens responsables de la FIFA, dont le prédécesseur d’Infantino Sepp Blatter et le dirigeant du football et de la télévision qatari Nasser al-Khelaifi. Ils nient tous les actes répréhensibles.

Interrogé la semaine dernière sur les plaintes officielles et la suggestion de collusion avec Lauber, Infantino a déclaré que «tout cela est assez absurde».

“Rencontrer le procureur général ou le procureur général de la Suisse est parfaitement légitime et parfaitement légal”, a déclaré le président de la FIFA le 25 juin lors d’une conférence de presse tenue en ligne.

La FIFA a déclaré vendredi qu’elle se félicitait de la nomination de Keller, ajoutant qu’il était «également dans l’intérêt de la FIFA que les plaintes anonymes fassent l’objet d’une enquête aussi rapidement que possible».

Les rencontres de 2016 ont été révélées en novembre 2018 par la série Football Leaks publiée par un magazine allemand qui a obtenu des courriels et des documents confidentiels dans l’industrie du football.

Lauber et Infantino ont tous deux déclaré que les réunions de 2016 étaient de routine pour assurer la coopération dans le cas plus large. Aucun des deux n’a pris acte de la troisième réunion rapportée par les médias suisses plusieurs mois plus tard.

Lauber a été sanctionné en mars par le comité de surveillance pour sa conduite lors de l’enquête de la FIFA, faisant obstruction à l’enquête interne et n’ayant pas dit la vérité sur la réunion de juin 2017 avec Infantino.

Le procureur général fait appel de cette décision et d’une retenue unique de 8% sur son salaire de près de 300 000 francs suisses (300 000 dollars).

Au cours de l’enquête disciplinaire interne, Lauber a été à la fois retiré des enquêtes de la FIFA par un tribunal fédéral et réélu pour un mandat de quatre ans par les législateurs suisses.

La FIFA a déclaré qu’Infantino était la cible de précédentes plaintes anonymes qui «ont été rejetées comme non fondées par les autorités compétentes».


.

.

___

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *